Pendant cette période hors norme, le Meunier Qui Dort propose des chroniques croquantes pour démarrer une journée pétillante : le réveil du Meunier.

Episode 9: Attraper le bon train

J’adore les voyages en train ! Je suis tombée sur un article qui ventait des itinéraires virtuels de trajet ferroviaires mythiques, je me suis précipité sur pour prendre le train en marche, mais ce n’est pas encore très au point. J’ai eu l’impression de m’être fait un peu avoir, on passe de longs moments dans les tunnels et donc dans le noir et la go pro dans la loco ça n’a quand même rien à voir…

Retrouver le texte de la chronique:

J’adore les voyages en train ! Je suis tombée sur un article qui ventait des itinéraires virtuels de trajet ferroviaires mythiques, je me suis précipité sur pour prendre le train en marche, mais ce n’est pas encore très au point. J’ai eu l’impression de m’être fait un peu avoir, on passe de longs moments dans les tunnels et donc dans le noir et la go pro dans la loco ça n’a quand même rien à voir…

Je me ré-aiguillée pour attraper le 16h50 d’Agatha Christie.

Alors que deux trains roulent dans la même direction et presque à vitesse égale, pour se distraire, Mrs Mc Gilli cuddy, regardait les occupants du train d’en face. Elle aperçoit alors un homme Debout, le dos tourné qui serre la gorge d’une femme. Le hasard voulut que le train de Mrs Mc Gillicuddy, ralentît et que le train « parallèle » le dépasse, disparaissant ainsi dans la nuit.

Elle signale ce qu’elle a vu à la police et à sa meilleure amie Miss Marple. Mais on ne retrouve pas de cadavre. Le tueur s’en est débarrassé, sans doute à proximité, dans Le domaine de Rutherford hall qui abrite Luhter héritier de la famille Crakenthorpe. Pour en avoir le coeur net Miss Marple introduit la dynamique Lucy Eyelessbarrow comme gouvernante chez les Crakenthorpe. Le climat du livre a un charme désuet. Et Même le coupable est sympathique, c’est dire !

C’est donc bien le 16h50 qui a été librement adapté au cinéma en 2008 Par Pascal Thomas. Catherine Frot et André Dussolier jouent Prudence et Bélissaire Beresford sous le titre : le crime est notre affaire. Ce film est une bonne affaire car il a reçu le prix Jacques Deray du film policier français en 2009.

C’est le deuxième opus de la trilogie de Pascal Thomas après Mon petit doigt m’a dit et avant Associés contre le crime.

Une bonne histoire pour se sortir de notre nouveau train-train quotidien dont on ne voit pas la fin.

Violaine Champetier de Ribes

Auteure et Conférencière

Fondatrice de l’agence Le Meunier Qui Dort