Emmanuel-de-Saint-Bon

Interview d’Emmanuel de Saint-Bon, Directeur Général de « The ROXANE COMPANY » qu’il a créée en 2008. Agence d’e-Réputation, The ROXANE COMPANY a réussi une première levée de fonds en 2009 et vient récemment d’en clôturer une deuxième.
L’un des premiers Pure Player Social Media en France, The ROXANE COMPANY a pour vocation d’aider les marques à gérer leur e-réputation, de concevoir et de piloter leur stratégie Social Media, aussi bien sur le territoire national qu’à l’international. L’agence accompagne également ses clients afin de leur permettre d’effectuer les bons choix stratégiques, techniques, organisationnels et éditoriaux par la production de contenus et l’engagement social.

Emmanuel-de-Saint-Bon

L’expertise de « The ROXANE COMPANY » s’adresse aux marques (Lancement, Fidélisation, Conquête, Animation de réseau, etc.) et aux entreprises (Corporate, Communication interne, Marque-employeur).

www.roxane-company.com

Comment en êtes-vous venu à créer une agence
dédiée aux médias sociaux ?

J’ai créé « The Roxane Company » il y a six ans. Auparavant, en 2001 j’avais créé une entreprise de marketing mobile que mon associé et moi-même avons revendue à Publicis Dialog. Deux ans plus tard, après un road trip familial de plusieurs mois à travers les Etats-Unis, je suis rentré en France avec une vision très simple.

Pour moi, le web qui avait été un grand média se consommant comme un journal traversait une mutation de taille : de nouveaux outils permettaient désormais à chaque internaute de publier lui-même du contenu. Cela a provoqué une multiplication exponentielle d’informations dont la vitesse de circulation n’était pas maitrisée.

Quand j’ai noté que les internautes producteurs de contenus pouvaient se connecter entre eux, je me suis dis que cette connexion pouvait se décliner entre les marques et leurs clients. Depuis ce moment, les marques ont perdu le contrôle sur leur communication. La lettre de réclamation qui restait entre le client et la marque se transmet maintenant publiquement sur les réseaux sociaux. Nous avons été parmi les précurseurs en proposant une offre de création de contenus et de gestion de communautés.

Que faites-vous de l’expertise que vous avez développée depuis 6 ans ?

Nous-nous sommes rendus compte que l’expertise capitalisée en social média pouvait être appliquée au sein des entreprises dans différents secteurs : la communication interne, RH etc …. Notre savoir faire ne s’adresse donc plus uniquement à la marque mais à toute l’entreprise. En effet, les entreprises font face à de nouvelles problématiques qui les obligent à dépasser la seule logique économique :

satisfaire le client par l’action et le résultat.
démontrer leur réelle utilité au-delà de leur logique de rentabilité.

Sur quoi repose l’e-Réputation d’une marque ?

Je définirais l’e-Réputation comme l’ensemble des informations qui existent sur une entreprise et les effets produits par ces informations sur l’image de cette entreprise. Ces informations vont influencer une partie de son éco système. Le job de la marque est de nourrir favorablement cet éco système : c’est le Brand Content (contenu de marque).

Il y a dix ans pour satisfaire ce besoin on créait une publicité, on achetait de l’espace et on annonçait… Le glissement s’est produit lorsque l’audience de la marque est elle-même devenue un média. Il faut être en mesure de produire et diffuser une histoire en relation avec la marque et cette histoire doit générer un bénéfice pour l’audience. Il faut donc construire un process qui regroupe : des informations, des promotions, de la distraction (entertainment) des invitations, de la création de connexion et donner la parole à l’audience…. Le tout aboutit à l’engagement concrétisé par un clic, véritable levier d’image.

La production de contenu, quand dix millions de personnes vous suivent, n’est que la partie émergée de l’iceberg. La majeure partie du travail est plus discrète et repose sur la veille. En effet, la marque doit comprendre les enjeux et ceux-ci ne sont plus les mêmes. Sur internet l’argument ou la décision juridique ne font pas tout. Certaines marques ont payé cher cette erreur. Quand quelqu’un interpelle un PDG, maintenant tout le monde est au courant et attend la réponse. Notre dispositif de veille repose sur une méthodologie propre, nos outils et l’expertise de notre équipe. Cela permet de rendre compte à la marque comment elle est perçue et qui parle d’elle à travers des cartographies. Notre équipe à pour mission de livrer du sens et de l’intelligence. L’analyse issue de la veille opérationnelle et stratégique nous permet également d’effectuer de la prévention de crise et de la gestion de crise.

Comment maintenez-vous votre image de précurseur ?

Nous-nous appuyons sur notre culture web en général et notre culture techno en particulier qui nourrit notre créativité et nous permet de nous positionner avec une offre qui sort du lot. Notre passion pour les nouvelles technologies nous permet d’adapter les dernières révolutions technologiques et de créer des innovations marketing exclusives.

Violaine Champetier de Ribes pour le blog du Meunier qui dort.
@VioChamp

Vous aimez ? Partagez !
FacebookTwitterGoogle+Partager