Pendant cette période hors norme, le Meunier Qui Dort propose des chroniques croquantes pour démarrer une journée pétillante : le réveil du Meunier.

Le creux de la vague. Episode 8

Vous sentez le creux de la vague ?

Vous en avez un peu marre

Votre café vous parait fade,

Ne restez pas en rade,

On largue les amarres !

 

 

Retrouver le texte de la chronique:

Vous sentez le creux de la vague ?

Vous en avez un peu marre

Votre café vous parait fade,

Ne restez pas en rade,

On largue les amarres !

Quoi de mieux pour un jour radieux que de s’imaginer devant ces immensités de bleues

Ecoutez Sylvain Tesson,

Et ses mots merveilleux :

« la mer est la descente de lit des fleuves »

 

Suivez-moi,

 

On plonge dans l’océan et on se promène nonchalamment en chantant,

avec Charles Trenet

« La mer
Qu’on voit danser
Le long des golfes clairs
A des reflets d’argent »

Suivez-moi,

 

On y puise tout le courage d’un vieux loup de mer entêté, grâce à Hemingway qui nous fait mordre à l’hameçon, nous voilà embarqués, aux côtés de Santiago, sur son petit bateau, nous prendrons une leçon de détermination, de courage et d’espoir et on arrête de broyer du noir.

 

Suivez-moi,

 

Même sans aller à la pêche, on y respire on y prend l’air

je vous quitte avec Beadelaire

 

Homme libre, toujours tu chériras la mer !
La mer est ton miroir ; tu contemples ton âme
Dans le déroulement infini de sa lame,
Et ton esprit n’est pas un gouffre moins amer.

Lâchez du lest ! Tonnerre de Brest !

 

Violaine Champetier de Ribes

Auteure et Conférencière

Fondatrice de l’agence Le Meunier Qui Dort